A la une

A la une

Retaper ou restaurer l'assise d'une chaise

Retaper ou restaurer l’assise d’une chaise

Accueil > Fiches bricolage

Si vous avez ou trouvez de vieilles chaises, ne les jetez pas, retapez-les à votre gout ! C’est facile et pas cher, et le résultat sera forcément original et à votre goût.


Retaper ou restaurer l’assise d’une chaise

Une deuxième vie pour des chaises abandonnées

Voilà un exemple de chaises retapées, pas de façon professionnelle, vraiment avec les moyens du bord, mais le résultat est satisfaisant quand-même et à la portée de tout le monde surtout.

L’autre jour, en marchant dans la rue, j’ai trouvé 3 chaises. Juste l’assise était abîmée, mais elles ne pouvaient pas rester comme ça, et pourtant, elles étaient très élégantes, en fonte, très lourdes du coup difficiles à porter mais le jeu en valait la chandelle !!!

Après les avoir observées de plus près, il n’y avait pas grand chose à faire finalement pour leur redonner une nouvelle vie.


Niveau de difficulté : facile (juste faire bien attention pendant l’usage de la scie sauteuse)


Matériel nécessaire :

- agrafeuse à main,
- agrafes 6 à 8 mm)
- tissus de rembourrage,
- tissus molletonné,
- tissus décoratif,
- du bois pour l’assise, du cp (contreplaqué) par exemple épaisseur 10mm minimum),
- scie sauteuse,
- feutre,
- ciseaux.


1ère étape : Démontage du cannage existant pour préparer la nouvelle assise

2ème étape : Prise des mesures de l’assise

En fait, j’ai pris directement la plaque de PC (contre plaqué) et j’ai dessiné au feutre le contour de l’assise. Comme ce sont de vieilles chaises visiblement, le contour n’est pas assez régulier pour le dessiner au compas, du coup c’est beaucoup plus précis et rapide comme ça.

3ème étape : Découpage du bois pour l’assise

Avec la scie sauteuse, j’ai découpé les 3 ronds de contreplaqué en suivant mes traits au feutre.

4ème étape : pose du rembourrage de l’assise

Alors là , c’est l’étape la plus délicate et difficile, car il faut beaucoup bourrer sans déchirer le tissus molletonné, ce qui n’est pas évident, je me suis ratée d’ailleurs une fois. Donc j’ai commencé par poser mon rembourrage disposé sur tout le rond de l’assise, de façon généreuse, puis j’ai agrafé les 4 côtés opposés, puis refermé en agrafant à 90% de la totalité du périmètre, pour juste laisser un passage de la grandeur de la main afin de pouvoir continuer à bourrer sans que ça sorte de partout.

Il ne faut pas hésiter à bourrer à fond ! Ce n’est jamais assez en fin de compte. Avec le temps, ça se tasse vraiment très vite.
Ensuite, une fois que j’ai jugé que mon assise était correcte, j’ai fini par agrafer le reste pour fermer totalement. Plusieurs possibilités pour agrafer : soit agrafer sur les tranches, ce qui laisse venir le rembourrage jusqu’au bord, soit agrafer sur le plat à environ 1cm du bord, ce qui laisse la place de mettre une ornementation pour encercler l’assise. J’ai opté pour les tranches, je ne voulais pas de décoration de contour.

5ème étape : La pose du tissus

J’ai découpé mon tissus en le posant directement sur l’assise, en laissant une bonne marge de 20 centimètres tout autour pour pouvoir agrafer par l’arrière en pensant à l’ourlet.

Une fois découpé, j’ai laissé mon tissus sur l’assise, et j’ai retourné le tout pour pouvoir agrafer sur le dessous de l’assise.
L’opération est assez délicate, car selon le tissus, il faut faire attention à la tension, en l’occurrence j’avais choisi un tissus à rayure, et si je tirais de trop, les rayures se déformaient ce qui n’était pas très élégant visuellement. Donc je n’ai pas trop tendu le tissus et j’ai agrafé à chaque fois face à face pour rester régulière et ne pas déformer le tissus.

Aussi, il faut replier le tissus sur lui-même pour ne pas le laisser s’effilocher pour une meilleure finition. Ce qui n’est pas évident, c’est de tenir le tout, à deux c’est plus pratique. Car tenir l’assise, en même temps tenir le tissus replié, en même temps agrafer... J’ai donc fini par demander un peu d’aide, mais c’est faisable tout seul quand-même.

Donc partir d’un point puis en face, ensuite repartir à mi-chemin et recommencer face à face jusqu’à la fin. Une fois les 4 côtés opposés agrafés, j’ai posé mes agrafes les unes à la suite des autres.

Et voilà  ! c’est terminé ! Coût de l’opération : l’achat du rembourrage, du molleton et du tissus, environ 20 euros, le temps : environ 4 heures. Le bois je l’ai récupéré.

Ne pas hésiter à essayer avec des tissus qu’on ne voit jamais, ça peut très vite devenir original. Moi j’ai choisi entre les deux, pas très original, mais pas trop classique non plus. J’ai trouvé tout ce qu’il fallait, rembourrage, tissus molletonné, tissus au Marché Saint-Pierre à Paris, à Montmartre, endroit que j’affectionne particulièrement et qui donne l’occasion de faire une balade à travers tous ces tissus et dans ces vieux bâtiments absolument magiques.