A la une

A la une

Peinture imitation | faux marbre portor

Peinture imitation | faux marbre portor

Accueil > Fiches bricolage > Faux finis, imiter les matières en peinture

Sur le fond noir, dessiner des veines ayant des formes se rapprochant de l’éparpillement d’une fumée de cigarettes dans l’air, tantôt en spirales, tantôt anguleuses.


Le portor

Marbre ayant pour origine des pays bordant la Méditerranée comme l’Italie, l’Algérie et la Corse, le Portor fait partie des types de marbre les plus recherchés. Alliant parfaitement le noir comme fond et l’or comme couleur des veines, il fait partie des marbres dits veinés. Et aussi bien en naturel qu’en imitation, le mariage des deux couleurs donne un résultat subtil et raffiné.

Peinture imitation | faux marbre portor

L’imitation du portor

L’imitation du portor est généralement utilisée pour la décoration d’objets divers. Aussi comme support, elle est plutôt réalisée sur la toile. Le support en toile doit alors être couvert d’une couche de laque satinée de couleur noire.

Les matériels nécessaires seront une brosse pointue et un chiffon. D’autre part, il faudrait aussi de la térébenthine, de l’huile de lin et un peu de siccatif pour composer un produit de glaçage qui sera nécessaire dans la réalisation de l’imitation.

Sur le fond noir, dessiner des veines ayant des formes se rapprochant de l’éparpillement d’une fumée de cigarettes dans l’air, tantôt en spirales, tantôt anguleuses. Il est alors important de bien observer un modèle car les formes dessinées devront être à la fois ventilées et onduleuses. Ces graphismes formeront par la suite ce qu’on appellera anneaux et une fois reliés entre eux par de légères veines, ils donneront le chaînage qui fait la valeur du portor. Pour cela, prendre la brosse pointue et utiliser un mélange très clair composé de peinture blanche et de jaune vif.

Avec cette même teinte, renforcer la couleur des anneaux et créer par la suite des veines légères blanches de façon à avoir l’image de plusieurs fissures qui se rejoindront sur le chaînage précédemment dessiné.

Appliquer par la suite sur les anneaux un mélange de sienne brûlée avec un soupçon d’ombre brûlée et de l’eau de façon à obtenir un jus à consistance très liquide de couleur dorée.

Une fois sèche refaire la même chose mais cette fois-ci sur le fond noir du chaînage avec un mélange de noir, blanc, d’ombre brûlée et un soupçon de rouge carmin. Ces deux applications devront ressortir un résultat présentant une sensation de profondeur.

Prendre enfin le produit de glaçage qui sera composé de deux tiers de térébenthine, d’un tiers d’huile de lin et un peu de siccatif. Ajouter au mélange ainsi obtenu une teinte d’ombre brûlée et une légère dose de Brun Van Dyck. Appliquer ce mélange sur la totalité du support et apporter quelques petits coups de chiffon sur une partie du chaînage jusqu’à obtention d’une sensation de transparence sur ces parties. Enfin pour protéger et pour donner une bonne brillance à l’œuvre, appliquer une ou plusieurs couches de vernis selon les goûts.