A la une

A la une

Andrée Putman, une artiste intemporelle

Andrée Putman, une artiste intemporelle

Accueil > Décoration d’intérieur > Décorateurs décoratrices d’intérieur

À la fois décoratrice et architecte d’intérieur, Andrée Putman se distingue par la singularité de ses créations. Andrée Putman s’impose comme l’ambassadrice du style « à la française ».


Andrée Putman, une artiste intemporelle

Andrée Putman ou l’icône du goût français

Avant d’être à la tête du nouveau comité de design de Paris, et de devenir une véritable icône de la scène internationale du design, Andrée Putman a fait du chemin. Commencée sur le tard, la carrière de cette designer française a connu une incroyable ascension grâce aux Américains qui la découvrent à New York. Longtemps apparue comme une excentrique choquante et provocatrice pour les Français, pour les Américains, Andrée Putman incarne l’icône même du goût français. Petite-fille du célèbre Édouard Aynard, fondateur de la banque Maison Aynard, ainsi que de Rose de Montgolfier, la petite Andrée Putman passait ses étés à se rendre dans le bel édifice de l’abbaye de Fontenay en Bourgogne.

Ce sont les lignes sobres qui ont marqué sûrement sa sensibilité artistique et influencé son style, au caractère épuré, sobre, voire austère, d’aujourd’hui. Pour autant, Andrée Putman se destine à une carrière musicale. Encouragée par sa mère qui l’envoie au Conservatoire de Paris, Andrée Putman en sort, pianiste, avec un prix d’harmonie en poche à seulement 19 ans. Un souvenir qui lui a très certainement valu la création du piano demi-queue Voie lactée pour Pleyel. Un objet incontournable exposé au salon de New York. Ce n’est pourtant pas vers l’architecture ou la musique que la jeune Andrée Putman entend tourner sa carrière.

Andrée Putman : un grand nom du monde la décoration

Après un début chez Femina où elle a pu rencontrer de nombreuses personnalités de l’univers artistique, à 33 ans, Andrée Putman se charge des rayons maison chez Prisunic. Ce n’est que 20 ans plus tard, après son divorce avec le célèbre collectionneur et critique d’art Jacques Putman, en 1978, qu’Andrée, encouragée par un ami, lance enfin sa propre entreprise de décoration et de réédition d’objet : l’Encart International. Elle se lance d’abord dans la réédition de mobilier vintage des années 30 signé par les grands noms du monde de la déco. Elle devint vite un repère dans le monde artistique, il n’a pas fallu attendre longtemps à Andrée Putman pour acquérir de nombreuses licences remises par de prestigieux designers tels que Robert Mallet-Stevens, Pierre Chareau ou Eileen Gray.

Une manière pour elle de laisser éclore sa vision artistique qui lui permettra d’obtenir différentes récompenses internationales telles que le Grand Prix européen d’architecture intérieure ou en 1996, du Parsons School of design de New York. Sa carrière prend son envol. Sa singularité, on lui doit au style intemporel de ces mobiliers et accessoires déco. Ainsi, elle a dessiné plusieurs objets aussi différents les uns que les autres allant d’une collection d’argenterie pour Orfèvre, au linge de maison pour Becquet, en passant par les tapis pour Toulemonde Bochart, les mobiliers avec, entre autres, l’admirable bureau au fameux motif en damier pour Bisazza. Bref, on aime son style éclectique...