A la une

A la une

Le toit végétalisé, pour allier écologie et esthétique

Le toit végétalisé, pour allier écologie et esthétique

Accueil > Déco bio et naturelle

Concept qui séduit de plus en plus en France, le verdissement de toiture est une parfaite solution pour agir en faveur de l’environnement et embellir sa maison. Tout ce qu’il faut savoir sur le toit végétalisé.


Le toit végétalisé, pour allier écologie et esthétique

Caractéristiques et avantages du toit végétalisé

Également connu sous le nom d’écotoit ou de toit vert, le toit végétalisé n’est autre qu’une toiture recouverte d’un substrat puis d’un tapis végétal formé de plusieurs plantes. Auparavant réservé aux professionnels, le concept du toit végétalisé a très vite été adopté par les particuliers en raison de ses nombreux avantages. Côté environnemental, il agit en tant qu’assainisseur d’air, car il filtre les particules de pollution. Par ailleurs, le toit végétal limite les risques d’inondation grâce à sa capacité à retenir l’eau. Au niveau technique, il assure l’isolation thermique de la maison et permet une économie d’énergie.

Les toits verts : trois possibilités de végétalisation

En matière de toit végétalisé, on distingue trois techniques de verdissement. Le verdissement extensif se distingue par un tapis végétal au poids limité. C’est la technique la plus prisée, car elle a l’avantage d’utiliser un minimum de plantes ainsi que des matériaux fins et abordables. Par ailleurs, son entretien est accessible à tous. Le verdissement intensif du toit végétalisé, quant à lui, se caractérise par la pose de végétaux de grande taille sur une large épaisseur de terre. L’entretien est assez complexe et demande une connaissance en jardinage. Le verdissement semi-intensif permet d’obtenir le même résultat que dans le cas d’un jardin-terrasse et son entretien est plus facile celui d’un verdissement intensif.

Trucs et astuces pour réussir son toit végétalisé

Avant de faire installer son toit végétalisé, il faut s’assurer que le concept est autorisé par la législation de la ville. Généralement, dans une démarche écologique, les villes plutôt polluées comme Paris sont favorables à ce genre d’installation. Par ailleurs, il faut savoir que le verdissement de toiture ne peut être effectué qu’en présence d’un toit-terrasse. Il s’agit d’une toiture à pente faible et dont l’inclinaison ne dépasse pas les 35 degrés. L’installation se fait par étapes : on commence par apposer une structure portante en acier, en béton ou en bois, puis une membrane pour l’étanchéité. Viennent ensuite la couche de filtration et de drainage, le substrat et enfin, la couche de végétaux.